SPECTRES

Une rencontre est-elle possible ?

Spectres est un projet d’installation vidéo interactive dans laquelle une succession de figures humaines s’adressent aux spectateurs.

A l’écran, six figures au lointain.
Un mouvement léger les animent, parfois quasi imperceptible, qui trahit l’attente.
Elles nous regardent, invitent à s’avancer vers l’écran, à s’approcher d’elles pour les faire exister, comme pour un rendez-vous improbable où l’on ne saurait en définitive qui rencontre l’autre, si c’est nous qu’elles attendent, à nous qu’elles s’adressent réellement…
Une rencontre, si tant est qu’elle soit possible : puisque c’est de cela dont il s’agit, de la question de sa possibilité, d’une relation entre eux et nous.

Faire entrevoir et éprouver ce qui nous lie à cette population de spectres, dont les agissements témoignent de nos peurs, de nos insignifiances, de nos fantasmes, de nos délires enfouis, de nos luttes : à travers ces figures qui nous parlent, quelque chose parle de nous-mêmes.
Sages comme des images et pourtant là, à convoquer le burlesque, le pathos, le vide, la rage, la condescendance, la vanité, l’hystérie : une expression du chaos de nos vies, des passions qui nous animent.

Ce projet est né d’une réflexion sur le rapport du spectateur à l’écran de projection : une installation qui, usant du réalisme de la vidéo associée à un dispositif interactif, produit un sentiment d’inquiétante étrangeté en jouant sur un trouble à la fois perceptif et intellectuel.
Le spectateur est invité à un face à face avec des figures qui se présentent d’emblée comme des artefacts et renvoient en définitive à une communication impossible, entre présence et représentation, réalité et image.

 

Spectres a été accueilli en résidence par le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains, l’Avant Rue (Paris 17ème), le Lieu Multiple (Poitiers), la Ville de Montreuil, et à reçu les soutiens du DICREAM, de la Région Ile-de-France et de la DRAC Ile-de-France.

Spectres a été diffusé du 14 au 20 juin 2014 à l’occasion du festival Bains Numériques #8 à Enghien-les-Bains, et du 5 au 6 septembre 2015 à l’occasion du festival Les Horizons Numériques à Bonnemazon.

Bains Numériques #8, Enghien-les-Bains (FRA), juin 2014

Réalisation et principe participatif

A l’écran, au lointain, une série de figures humaines alignées et paraissant immobiles. On distingue des mouvements légers, comme dans l’attente d’un événement à venir.

A l’approche d’un spectateur, la figure qui lui fait face se détache du groupe et s’avance, réagissant alors à ses déplacements.
Si le spectateur poursuit son avancée, la figure s’approche d’autant. S’il rebrousse chemin, elle s’éloigne à son tour.

À une certaine distance de l’écran, la figure s’adresse au spectateur selon un mode et un état qui lui sont propres : une confidence intime, une invective, un monologue passionné, un discours amoureux, une colère, une peur…
Jusqu’au bout, la figure s’applique à ce qu’on l’écoute, à ce que l’on reste à ses côtés. Jamais, de son propre chef, elle n’interrompra l’entretien. Seule la sortie du spectateur de la zone fera revenir la figure à sa place, en fond d’image, interrompant la boucle temporelle dont elle était prisonnière.

Si un autre spectateur ou si celui-ci – se déplaçant – s’approche d’un autre endroit de l’écran, cela fait immédiatement venir la figure correspondante qui débute alors son adresse interminable, se superposant ou se substituant à la première, tant que le ou les spectateurs restent là.

Ce projet se prête particulièrement bien à un principe de réalisation participatif, dans le cadre d’ateliers menés avec des participants jeunes ou adultes, au cours desquels chacun pourra élaborer sa participation afin de jouer le rôle d’un figure.
A ce titre, de nombreux participants, professionnels ou amateurs, furent conviés à “jouer” de telles figurent lors de la première occurence du projet.

Maquette video et principe de fonctionnement

Groupe LAPS
70, rue Douy Delcupe
93100 Montreuil - FRANCE

Téléphone : +33 (0)1 43 63 20 19
E-mail : contact@groupe-laps.org